«Les syncopes de Philippe Drouin»

Recension enthousiaste de Kate et Anna font de la musique par Rachel Leclerc dans le tout nouveau numéro de Lettres québécoises:

« Comme il semble avoir été écrit d’un souffle, il faudrait lire d’une traite ce petit livre syncopé, haché au possible, dans lequel de nombreux vers ne comportent que deux ou trois mots, sinon un seul, et s’achèvent presque invariablement par un point final! L’agacement du lecteur est de courte durée: passé la surprise devant cet abus de ponctuation, on entre volontiers dans l’univers du poète. Et bientôt, on y trouve de la beauté, pas mal d’assurance et un ton très juste. Il y a chez Philippe Drouin un empressement à faire valoir son droit à la vie, à forger son existence, tout simplement [...]. »

Lettre québécoises n° 176