À propos des Éditions Les Herbes rouges

 
 

Les Herbes rouges sont une maison d’édition dirigée par François Hébert et Roxane Desjardins. Elles publient de la poésie, des romans, des récits et des nouvelles, des essais et du théâtre.

 Roxane Desjardins et François Hébert au printemps 2018. Photo: Hugo B. Lefort. (Photographie de promotion du spectacle   La volière est un oiseau de milliards de têtes    présenté au FIL à l’automne 2018 pour célébrer les 50 ans de la maison.)

Roxane Desjardins et François Hébert au printemps 2018. Photo: Hugo B. Lefort.
(Photographie de promotion du spectacle La volière est un oiseau de milliards de têtes  présenté au FIL à l’automne 2018 pour célébrer les 50 ans de la maison.)

 
 

Fondées en octobre 1968, à Montréal, par les frères François et Marcel Hébert, les herbes rouges font leur apparition sous la forme d’une revue littéraire. En 1972, après quatre numéros collectifs (consacrés uniquement à la poésie dès le numéro 2), le numéro 5, Sauterelle dans jouet, est signé par un seul auteur, Marcel Hébert. Par la suite, les herbes rouges publieront de plus en plus de ces «numéros d’auteur·e», jusqu’à abandonner les numéros collectifs de poésie en 1974. Bientôt, la revue ne se limitera plus à la poésie, s’ouvrant aux genres de l’essai, du récit, du roman et du théâtre.

 Le premier numéro, paru en octobre 1968.

Le premier numéro, paru en octobre 1968.

 La maquette de couverture conçue par Roger Des Roches à l’image de celle de  One + One :  Cinémarx & Rolling Stones , qui servira pour tous les numéros jusqu’en 1978. 

La maquette de couverture conçue par Roger Des Roches à l’image de celle de One + One :  Cinémarx & Rolling Stones, qui servira pour tous les numéros jusqu’en 1978. 

En parallèle, les frères Hébert s’aventurent dans l’édition de livres, d’abord en 1971 avec one + one  Cinémarx & Rolling Stones, un recueil de chroniques de Patrick Straram le Bison ravi. En 1974, ils créent la collection de poésie «Lecture en vélocipède» (nom emprunté au titre du recueil d’Huguette Gaulin), aux Éditions de l’Aurore. La collection comptera 18 titres, en majorité d’auteur·e·s qui collaborent aussi à la revue.

 Le premier livre publié par  les herbes rouges , avec une maquette originale de Roger Des Roches.

Le premier livre publié par les herbes rouges, avec une maquette originale de Roger Des Roches.

 Couverture du premier livre de la collection «Lecture en vélocipède» aux Éditions de l’Aurore, aussi conçue par Roger Des Roches. 

Couverture du premier livre de la collection «Lecture en vélocipède» aux Éditions de l’Aurore, aussi conçue par Roger Des Roches. 

En 1979 paraît le premier titre officiel de la maison d’édition Les Herbes rouges. Celle-ci poursuit la collection «Lecture en vélocipède», qui s’élargit aux romans, aux essais et au théâtre avant que le nom de la collection ne disparaisse en 1983.

 Marcel et François Hébert en 1988. Photo: Marc-André Gagnon.

Marcel et François Hébert en 1988. Photo: Marc-André Gagnon.

Maison d’édition et revue évoluent en parallèle jusqu’au numéro 202, paru en 1993, qui conclut l’existence de la revue.

Fidèles à leurs auteur·e·s, Les Herbes rouges privilégient la publication de l’entièreté de leur œuvre. Aujourd’hui, après 50 ans, Les Herbes rouges comptent un catalogue de près de 600 titres.