Jean-Paul Martino


Photo: Les Herbes rouges

Photo: Les Herbes rouges

 

Né le 21 novembre 1935 à Dolbeau, au Lac-Saint-Jean, Jean-Paul Martineau, dont l’enfance est partagée entre l’Abitibi et Montréal, entreprend des études classiques à Sherbrooke. Il rejoint l’armée de l’air à Lachine en 1952, et doit la quitter en 1954 à la suite d’un grave accident lui ayant causé un traumatisme crânien qui, avec les traitements médicaux, le laissera insomniaque pour le reste de ses jours. C’est au tout début de sa convalescence qu’il rencontre les automatistes. Martineau devient journaliste à la pige au quotidien Le Soleil et publie Osmonde en 1957 sous le nom de Jean-Paul Martino. Suivra Objets de la nuit en 1959. Au tout début des années 1960, Martino séjourne en France avec Michèle Drouin, avec qui il aura deux enfants, Vincent et Yzabelle, et présente ses œuvres picturales dans le cadre de l’exposition collective «Visionnaires, Illuminés et Voyants» à la Galerie Alphonse Chave, à Vence. De retour au pays en 1964, Martino s’installe dans l’Ouest canadien où il écrit, travaille dans la foresterie, découvre l’art des Haida, Nootka et Kwakiutl tout en étant initié à la culture chinoise. En 1968, Jean-Paul Martino retourne en France et rencontre son fils Odin, dont la mère est Suzanne Moreau. Il voyage en Inde, au Népal et revient à Vancouver où il ouvre sa première boutique d’antiquités. En 1972, un voyage de trois ans en compagnie de Grace Slykhuis (Li Xiu Woo) le porte de Terre-Neuve aux pays scandinaves et jusqu’en Turquie où le couple, comme les paysans de la région, achète cheval et charrette et assiste au festival de poésie de Konya. Suivront de nombreux séjours en Europe, en Turquie, en Inde et en Chine. De retour à Vancouver, le couple fonde The Woo Shoppe, une boutique spécialisée dans le commerce d’antiquités et d’objets d’art chinois. Jean-Paul Martino se rend en Chine à quelques reprises entre 1978 et 1984, invité à la Foire internationale de Canton. Il aura aussi illustré et publié ses poèmes anglais à compte d’auteur; Surrealous (1969) sous le pseudonyme de John of McWaters et Elutriation (1982) sous le nom légal de Yuan Otter Olmek. Retraité en 1986, Jean-Paul Martino, qui aura porté comme tout dernier nom celui de Yuan Vercingetorix Woo, est mort le 20 août 1996. 

Livres

poésie