Clément Marchand


Photo: Les Herbes rouges

Photo: Les Herbes rouges

 

Clément Marchand naît le 12 septembre 1912 à Sainte-Geneviève-de-Batiscan. Orphelin à l’âge de cinq ans, il fait des études classiques au Séminaire Saint-Joseph et obtient en 1932 un baccalauréat ès arts de l’Université Laval. De cette date jusqu’à 1978, il sera rédacteur puis directeur du journal Le Bien Public. Aux éditions du même nom, il publiera plus de deux cents titres. Pendant les années 1930, il s’adonne au journalisme et collabore à de nombreuses revues et quotidiens dont Horizons, L’Ordre, Gants du ciel, Le Nouvelliste, Amérique française, Écrits du Canada français et Candide (à Paris), où paraîtront ses premiers contes.

Il connaît et fréquente des poètes et écrivains de sa génération comme Germaine Guèvremont, son cousin Claude-Henri Grignon, Robert Choquette, Albert Pelletier, Jacques Ferron qui lui dédiera Le Saint-Élias, Jovette Bernier et les écrivains du cercle entourant son mentor Alfred DesRochers. Il est attentif et fidèle à son prédécesseur Nérée Beauchemin, dont il apprécie l’art tout en délicatesse. Il lui consacrera un choix et une présentation dans la collection «Classiques canadiens» (chez Fides, en 1957), au Bien Public, en 1950, et aux Herbes rouges en 2000.

Il sera membre de la Société royale du Canada, président d’honneur de la Société des écrivains de la Mauricie, membre d’honneur de l’UNEQ, membre de l’Académie des lettres du Québec, décoré de l’Ordre des francophones d’Amérique et de l’Ordre des hebdos régionaux du Québec. Il devient Chevalier de l’Ordre national du Québec en 2000. Clément Marchand meurt à Trois-Rivières le 22 avril 2013.

 

Livres

POésie