Thérèse Renaud


Photo: Les Herbes rouges

Photo: Les Herbes rouges

 

Née à Montréal en 1927, Thérèse Renaud, qui dès son jeune âge est passionnée de théâtre, suit des cours d’interprétation avec Estelle Mauffette, puis avec Ludmilla Pitoëf, et fréquente les comédiens qui créeront plus tard le Théâtre du Nouveau Monde. Sœur de Louise Renaud, c’est tout naturellement qu’elle rencontre durant l’été de 1943 le peintre Fernand Leduc et ses amis : Bruno Cormier, Pierre Gauvreau, Françoise Sullivan, Jean-Paul Mousseau et Paul-Émile Borduas. 1945 marque la date d’une première publication pour Thérèse Renaud lorsque le journal universitaire Le Quartier latin publie un des poèmes de son premier recueil, Les sables du rêve (1946). En 1946, elle s’installe à Paris, y reçoit une formation d’actrice, y étudie le théâtre, fréquente les surréalistes et y épousera Fernand Leduc en 1947. Le couple signera Refus global à Paris en 1948. De retour à Montréal en 1953, elle participe à diverses émissions de radio et de télévision et se manifeste particulièrement comme diseuse dans les centres d’arts. En 1959, elle retourne à Paris où elle poursuit des cours de chant. Ouverte aux multiples mouvements d’art contemporain, elle effectue pour Radio-Canada, durant les années 1960, des entretiens avec des personnalités du monde des arts, de la musique, du théâtre et du cinéma. Elle poursuit parallèlement et discrètement son œuvre littéraire. Elle meurt à Paris en 2005.

Livres

poésie