Le revers dans les médias

Le revers dans les médias


Sébastien Dulude signe une critique du Revers dans Lettres québécoises et Dominic Tardif dans Le Devoir. L’auteure, Roxane Desjardins, s’est entretenue avec Elizabeth Lord des Méconnus pour parler du recueil. Des extraits:

[...] ce jeu de pouvoir calme auquel s’est adonnée la poète ouvre une réflexion féministe plus large. Les victoires silencieuses n’enlèvent rien à l’importance des combats accomplis. Lorsqu’on est capable d’écrire, calmement, «êtes-vous contents garçons lourds / êtes-vous prêts à vous taire?», on peut pleinement mesurer à quel point le revers est une arme, et non un échec. 

Sébastien Dulude, Lettres québécoises, n° 169



L’intime ne pourrait être davantage politique que dans ces poèmes aussi précis qu’une menace murmurée entre les dents serrées. [...] Le féminisme porte ici le galvanisant espoir d’un séisme d’envergure, minant tous les pouvoirs, pas que celui de l’homme dans l’alcôve de la cellule amoureuse (dont il est plus immédiatement question). 

Dominic Tardif, «Le revers: Roxane Desjardins, du renoncement de soi à la révolte», Le Devoir, 24 mars 2018.



J’ai dit plus haut que l’amour (ses phrases, ses images, sa mythologie) me rattrape à tous les tournants, comme malgré moi. Qu’en faire, de ce discours amoureux qui semble parasiter mes poèmes? J’ai voulu aborder le problème de front, aller au-devant de l’embûche: plutôt que de faire un livre d’amour par accident, j’ai décidé que je profiterais du livre pour questionner les discours amoureux. 

Lire l’entrevue complète de Roxane Desjardins avec Elizabeth Lord, pour Les Méconnus, 22 mars 2018. 


Sophie-Rose Lefebvre