Le territoire imaginaire de la culture 1

Michel Morin et Claude Bertrand


ISBN: 978-2-89419-474-4 ISBN: 978-2-89419-475-1 (epub)  ISBN: 978-2-89419-476-8 (pdf)

ISBN: 978-2-89419-474-4
ISBN: 978-2-89419-475-1 (epub) 
ISBN: 978-2-89419-476-8 (pdf)

Les intellectuels et écrivains actuels n’ont que rarement cette distance intérieure vis-à-vis du territoire réel et des mythes historiques liés à une pure «québécitude». Cette distance seule permet de faire advenir un nouveau territoire imaginaire favorisant la création de mythes nouveaux et la mise en rapport du territoire réel avec «d’autres territoires, à la fois réels et imaginaires». La situation historique du Québec se prête à la constitution d’un espace social de liberté tout aussi large qu’original. Utopie sans doute, mais utopie motrice. Si l’ordre social est indépassable, sa contestation l’est tout autant.

Marc Turgeon, Livres et auteurs québécois

Toute proportion gardée, Le territoire imaginaire de la culture est au Québec des années 1970 ce que, cent ans plus tôt, les Considérations intempestives ont été à l’Allemagne d’Otto von Bismarck : une bombe culturelle pour miner, faire voler en éclats les certitudes bétonnées, fondées en Allemagne sur l’unité politique retrouvée, et au Québec, sur l’avènement du Parti québécois, espoir pour beaucoup d’une souveraineté à portée de main. C’est précisément son «intempestivité» radicale qui fait que l’essai, ostracisé dans les milieux nationalistes qui tenaient alors le haut du pavé, est resté toujours actuel, n’a pas perdu sa puissance d’interpellation, justement parce qu’il allait à contre-courant des slogans unanimistes des porte-drapeaux et porte-voix nationalistes de l’époque.

Heinz Weinmann,
Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec

 

À propos des auteurs

Depuis 1975, Michel Morin et Claude Bertrand se sont engagés dans un dialogue intensif dont sont issus leurs premiers ouvrages. Enseignant la philosophie, ils ont résolu de lier enseignement et écriture d’une manière telle que l’un procède rigoureusement de l’autre sans pour autant rien sacrifier de leur autonomie respective.

 

Coll. «Territoires», n° 21

2016, 286 p.