Gilles Groulx


Photo: Les Herbes rouges

Photo: Les Herbes rouges

 

Né à Montréal en 1931, Gilles Groulx pratique plusieurs métiers, fréquente l’École des beaux-arts et commence une carrière de peintre avant de réaliser quelques films de commande pour la télévision et devenir monteur d’actualités au service des nouvelles de Radio-Canada. C’est en 1957 qu’il publie ses Poèmes. Il entre comme monteur à l’ONF en 1956, puis devient réalisateur. Il coréalise son premier documentaire avec Michel Brault, Les raquetteurs (1958, court métrage), qui marque également les véritables débuts de l’équipe francophone de l’ONF. Après Normétal (1959, c. m.), La France sur un caillou (coréalisation Claude Fournier, 1960, c. m.) et Golden Gloves (1961, c.m.), Gilles Groulx réalise, avec un texte de Paul-Marie Lapointe, une fable poétique sur le monde moderne, Voir Miami... (1963, c. m.). Un jeu si simple (c. m.) obtient le Grand Prix du Festival de Tours en 1964. Suivront Le chat dans le sac (1964), Québec...? (coréalisation Gérald Godin, 1967, c. m.), Où êtes-vous donc [bande de câlisses]? (1968), Entre tu et vous (1969), Place de l’équation (1973, c. m.), 24 heures ou plus... (en collaboration avec Jean-Marc Piotte, 1976) et Primera pregunta sobre la felicidad / Première question sur le bonheur (coproduction Mexique / Canada, 1977). La carrière de Groulx est interrompue par un très grave accident survenu en 1980, à la fin du tournage de Au pays de Zom (1982). En 1985, il obtient le prix Albert-Tessier. Richard Brouillette lui consacre un film, Trop c’est assez (1995). En 1999, on distribue un film muet visiblement inachevé, Les héritiers (1954, c. m.), montage d’images de Montréal où le cinéaste met l’accent sur les contrastes. Gilles Groulx, qui compte parmi les plus grands cinéastes canadiens, est mort à Longueuil en 1994.

Livres

poésie