Travesties-kamikaze

Josée Yvon

Épuisé


Yvon_Travesties-kamikaze_72dpi

ISBN: 978-2-920051-05-8

En gros plan: ses bottes rouges, bien plus belles que celles de Catherine Deneuve, avaient poussé bien des «EXIT», et elle n’avait pas l’astragale cassé.

Tout est calme.

L’asphalte trempé dans la dépression maniait mal ses lignes blanches.

L’insolite pureté ne connaît rien qu’un vague zoom d’où les langages se meurent.

Vert-école, une bâtisse vulgaire où on lisait «Boy’s Farm», des gardiennes récidivistes, de l’ombre de cellules attachée et l’espace n’a jamais voulu rien dire. Solitude, effroyable, effrité.

La rue glisse sous le pavage comme une autoroute sous l’enfer.

Une fille de 14 ans, Francine, on l’appelait Jasmine pour lui faire plaisir, au travers d’une moustiquaire, elle sort du décor fané, court la grille, court le stationnement: l’acid multiplie les ennemis, magique la sueur froide facile.

Le cœur percé profond, elle répétait: «je souhaite qu’elle meure, je souhaite qu’elle meure...»

Peut-être j’aurais voulu la capturer d’insolence avec ses cuisses longues comme le parking.

 

1979, 144 p., ill.