«À l’école de Jean-Simon DesRochers»

Photo: Pedro Ruiz, Le Devoir

Photo: Pedro Ruiz, Le Devoir


«Jean-Simon DesRochers revient à la poésie, treize ans après son prix Nelligan pour Parle seul. Heureux mûrissement qui l’a conduit à un recueil d’une grande densité. Sa "tête courte" est à l’affût pour accéder à un texte d’une complexité sans complexe, offert avec ses dérives, ses obscurités et ses fulgurances. Rien n’est facile ici, et l’exigence de lecture nous contraint à suivre un propos en soubresauts se conformant à une quête happée par le désir de saisir un sens.»

Hugues Corriveau, Le Devoir

LIRE L’ARTICLE